AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Mia I. Fial
► Date d'inscription : 02/03/2013
► Messages : 648
► Ma petite bouille : Clemence Poesy
► Copyright : rossylover & tumblr
► Age du personnage : 23 ans
► Race : Fée
► Double Compte : Lucy et Jasonou


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Sam 2 Mar - 23:21




Mia Iris Fial
« Les seules choses naturelles sont les rêves et personne ne peut les désintégrer. »



who i am

Bonjour! Je m'appelle Mia Iris Fial mais mes amis me surnomment Mia, tout simplement. Je suis né(e) à quelque part, on ne sait où et j'ai 23 ans. Côté coeur, je suis blessée par l'amourl, sachant que mon orientation sexuelle est hétérosexuelle. J'appartiens au groupe des fées. Je suis une personne abandonnée, déçue, vive d'esprit, proche de la nature ; mais aussi manipulatrice, relativement égoïste, bléssée, déterminée. On me dit que je ressemble beaucoup à Clémence Poesy


this my story

Pourquoi cette fichue étoile est-elle venue nous extirper de nos existences qui étaient pourtant si agréables ? Pourquoi cette malédiction a-t-elle frappée ? J'aurais donné beaucoup - voir trop - pour empêcher une telle catastrophe. Je n'hésiterais pas un instant à payer le prix fort pour retrouver mon ancienne existence. Je déteste être humaine. Je ne supporte pas cette enveloppe charnelle. Je ne peux me résoudre à vivre ainsi parmi les êtres humains. Et puis, ils sont si mauvais. Ce n'est pas la vie dont je voulais. Je me sens comme aspirée dans un gouffre, et les maux de mon âme déchirent mon être. Je suis incapable de rester humaine. Je hais cette existence, cette pitoyable existence. J'aimerais tant retrouver mes ailes, et quitter ce monde d'Homme.
Pourtant, il y a maintenant plusieurs années, les choses n'étaient pas ainsi, et vivre parmi les humains aurait été ma plus grande joie. En somme, les temps changent.

Ce dont je me rappelle, c'est de cette vie calme et douce auprès des fées. Une vie parfaite, un vie qui m'a sauvé de l'Incident. Oh oui, j'aurais aimé remonté le temps pour marcher à nouveau dans le sentier boisé et lumineux de mon existence. Lumineux ... Non, que dis-je ?

Les plus vieux souvenirs que je parviens à faire remonter, sont ceux d'un soir. J'avais six ans, me semble-t-il, et il y avait un bal ... Un bal ? Oui, oui c'est ça, et cette musique, cette belle musique à travers laquelle chaque fée pouvait vivre ...

Spoiler:
 

" Mia, Mia, où es-tu passée ? râlait le mère en volant jusqu'à la branche sur laquelle était posée la jeune enfant. "
C'était une enfant adorable, sympathique, et très jolie, ce qui ne gâtait rien. Ses bouclettes blondes tombaient en cascade sur ses épaules frêles, et ses lèvres ressemblaient en tout point à un bouton de rose venant tout juste d'éclore. Il n'y avait d'enfant plus délicieuse, pourtant sa mère ne pouvait s'empêcher de réprimander la fâcheuse tendance de sa jeune petite fée. Celle ci s'approchait bien trop prêt des humains. Or dans les terres de Narnia, toutes les fées savaient qu'il y avait certains Hommes qu'il ne valait mieux pas approcher.
" Mia Iris Fial, gronda faussement la mère, ne t'ai-je pas interdit de voler jusqu'à des branches aussi proches de la terre ferme ?
- Si, si maman, mais ...
- Il n'y a pas de mais qui tienne !
"
Au loin, on pouvait facilement discerner les éclats de rire de la famille Fial, et d'autres fées venues profiter des festivités du bal du Solstice d’Été.
La mère s'approcha de son enfant. Elle n'aimait pas se montrer dure avec cette bouille adorable, mais après tout, il fallait qu'elle protège ce trésor. Souriant grossièrement, elle caressait les cheveux de Mia. Celui ci adorait sa mère, il était tant agréable de voler à ses cotés, pourtant elle ne semblait pas comprendre ce désir qui l'animait au fond d'elle. Elle voulait connaître le monde qui grandissait au pied des arbres.
" Dis moi, ma chère Mia, pourquoi ne viens-tu pas t'amuser avec les autres petites fées ? Elles jouent à la fée vole-vole ! "
En scrutant sa mère qui l'observait d'un visage bienveillant, Mia ne pouvait se résoudre à la contredire ou bien à lui causer quelconque peine, alors, elle se contenta d'agité la tête.
" J'arrive maman, juste un instant. "
Et alors que sa mère battait des ailes pour regagner le lieu où se poursuivaient les réjouissances, Mia continuait à observer au dessous d'elle ce paysage et ce petit village qui l'attiraient tant.
" Un jour, je marcherais là bas, murmura-t-elle. Je le promets. "

Je venais de faire la première d'une longue suite d'erreurs. Bien que ces souvenirs me soient si doux, ils me laissent une certaine amertume. Si j'avais su de quoi mon avenir était fait, j'aurais sans doute agit autrement. Je ne me serais pas entêter à essayer de goûter cette existence d'humaine. Et puis, j'aurais obéi. Et l'Incident ne serait pas arrivé.

Ce paysage, je le scrutai chaque jour en songeant à un avenir meilleur. Oui, oui, je me souviens des instants où je me posais sur cette branche, et où dissimulée à travers les feuillages, je contemplais la plaine avec sérénité. Bon sang, mon âme était si pure à cet époque là. Pourtant, j'eus l'impression de voir mon enfance glisser entre mes doigts au rythme des saisons, des fêtes des fleurs, des Solstices, et des grandes réceptions ces nuits chaudes d'étés où les fées se paraient de leurs plus belles robes de pétales de roses.

Jamais je n'avais franchi le pas. Je me l'interdisais, pour ma mère, pour mon peuple. Et puis, finalement, en ramassant des narcisses dans les bois, j'avais entendu ce son, ce son merveilleux joué par les Narniens. J'avais douze ans, et il m'aurait sauvé d'être sourde. Les Hommes sont machiavéliques, et leur culture n'est qu'une suite de sortilèges mauvais, car cette musique m'avait envoûtée ...

Spoiler:
 

" Toujours avec cette fichue mélodie ? questionna la roquine aux ailes ambrées.
Assise devant le mélodieux - qui était en réalité un piano fabriqué à l'aide de fils de soie produits par les vers, de tiges de rosier sauvage, et de noyaux de quetsches - la jeune fée tentait de reproduire ce son qui avait caressé ses oreilles deux jours auparavant. Cette mélodie hantait ses nuits, et tourmentait ses jours. Comme toute fée, Mia affectionnait la musique, et avait appris à manipuler le mélodieux dès ses sept ans.
" Freya, si tu savais comme c'était beau ! Je n'avais jamais entendu de tel !
- De la musique de narnien Mia ! Te rends-tu compte ? s'exclama Freya. Si ta mère venait à l'apprendre ...
- Non, non, s'il te plait ne lui dit rien ! "
Mia se tourna vivement, pour vérifier qu'aucun mot de cette conversation n'était parvenu aux oreilles de la mère de famille. Visiblement, la fée n'avait rien entendu, tant elle s'affaissait aux cotés de l'une de ses filles qui jouait les mannequins. Tous se préparaient à fêter le jour Florentis, un jour équivalent à Noël pour les fées.
Dehors, c'était l'effervescence. Les préparatifs n'avaient de pareilles mesures dans tout le pays. Partout, on accrochait des guirlandes sur les branches d'arbres, à l'intérieur des maisonnettes, et l'on avait poliment sollicité une colonie de lucioles afin que celle ci diffusent un halo doré lorsque le Grand soir serait arrivé. Et le Grand soir était justement dans quelques heures.
Le jour Florentis restait la plus vieille fête que célébrait la famille Fial, et également la plus joyeuse. Du soir au matin, les fées dansaient, chantaient, mangeaient et riaient en oubliant presque que dès le lendemain, leur travail les attendaient. Et puis, il y avait ce concours de la plus belle robe, celui que toute fée adolescente désirait gagner. Toutes. Sauf Mia. Elle aspirait à tant d'autres choses ...
" Tu devrais écouter ta mère, et cesser avec tes bêtises, Mia. Tout cela va t'exploser à la figure, et crois moi, tu n'auras pas à venir pleurer sur mon épaule ! "
- Freya, s'il te plait, essaie de me comprendre, répliqua la jeune fée d'un ton suppliant. "
Bien que meilleures amies, il arrivait bien souvent aux jeunes fées de se chamailler. A vrai dire, Freya ne prenait guère garde à cacher la jalousie certaine qu'elle éprouvait pour Mia. Si le visage de Mia était fin, doux, et très agréable à regarder, laissant présager l'éclosion d'une jolie jeune fille, celui de Freya était grossier, joli malgré tout, mais souvent déformé par d'affreuses grimaces. La blondinette avait tout de la petite fée modèle, et la rouquine désirait lui ressembler.
" Justement, je ne parviens à comprendre ! Pourquoi t'obstines-tu à tenter l'impossible, à risquer ta vie auprès des Hommes ? Ici, tu as tout ce que tu veux ! La vie de fée est des plus idylliques ! Nous dansons, nous chantons ... "
Malgré l'admiration relativement hostile qu'elle portait pour son amie, Freya ne parvenait à comprendre. Certes les fées travaillaient à la Fabrique - mais quelle occupation honorable - cependant, le contact de la nature, le parfum des matins d'été à la cime des arbres , et les longs vols les soirs d'automne, restaient tant de privilèges, enviées par beaucoup.
Mia, quant à elle, ne pouvait se résoudre à rester cantonner au monde des fées. Oui, elle l'aimait, mais pourtant, elle voulait plus. Plus que des fêtes ou des célébrations, plus qu'une simple vie rangée. Elle s'appelait Mia Iris Fial, et c'était une aventurière.
" Je n'ai jamais été en contact avec un Homme ! Jamais ! s'exclama la blondinette. Oui, j'ai entendu leur musique, j'ai volé jusqu'au village, c'est vrai, mais je ...
- Tu as fais quoi ? "
La voix de la mère de famille résonna dans la petite pièce. Dans son emportement, Mia avait haussé le ton, ce qui n'avait pas échappé à sa mère, qui quitta son ouvrage pour voler jusqu'à sa jeune enfant.
" Maman, je ..., balbutia Mia.
- Pourquoi m'as-tu désobéi ? Tu es complètement inconscience mon enfant ! Sais-tu les risques que tu encoures en allant là bas ?
- Oui ! Je ne risques rien ! Vous êtes aveuglés ! Tous aveuglés et terrorisés ! Vous ne comprenez rien !
La jeune fée fondit en sanglots, à la fois sous la pression des nerfs et de la tristesse. Pour la première fois de son existence, elle s'était mise en colère. Son coeur s'était déchiré, et elle fixai sa mère qui la regardait toute interloquée. Mia ne pouvait plus en supporter d'avantage. Toujours ruisselante de larmes, et s'envola à toute vitesse hors de la maison.
L'atmosphère dans le village était l'antithèse de ce qu'elle ressentait. Elle était blessée, détestait les fées, et surtout, elle se haïssait.
Battant des ailes à se les rompre, elle quitta le village et s'engouffra dans la forêt, prête à s'affranchir, prête à approcher les Hommes, prête à vivre enfin.


Spoiler:
 


Je ne veux plus me rappeler. Je ne veux plus de ces souvenirs destructeurs. Je veux fermer les yeux, et oublier. Et faire comme si rien de tout cela ne s'était produit. Faire comme si jamais je n'avais approché ce monde perfide. Oui, je voudrais mettre le feu au tas fumant de mon existence, m'élever encore dans les cieux, et goûté à la sérénité une fois encore, sentir mes ailes vigoureuses me porter en des terres éloignées. Tant de chose que je désire, car je suis un être brisée, un être détestable, et je crois que la rédemption n'est pas une chance de salut pour moi.

Cette triste escapade que je fis ce jour là, je la reproduisis chaque semaine, durant quatre ans. Bien que je me fus excuser, promettant de ne jamais plus approcher ce village, je m'étais déjà lancée à corps perdus dans le mensonge et dans une double vie.

Parmi les Hommes, je sentais bien. Jamais je n'avais discuté avec eux, mais je les observais, cachées derrières les feuillages verdoyants, tandis qu'ils exécutaient leur tâches quotidiennes, qu'ils se pavanaient dans les rues, où bien qu'ils arpentaient les étals du marché. J'aurais voulu goûter à cette existence. Et j'aurais donné mon âme pour cela.

J'étais devenu une mauvaise fée, une mauvaise fille, mais mon coeur restait encore pur. Bien sûr, je culpabilisais vis à vis de mon comportement, et j'éprouvais la violence envie de me cacher tant j'avais honte. Et tandis que les saisons s'écoulaient, et que j'approchais de mes seize ans, je ne parvenais plus à goûter aux joies des festivités florales, ni à celle des jours Florentis, et quant à mes soirées d'étés, elles commençaient à être peuplés par mes démons. Je scrutai les visages de mes soeurs, de mes amis, qui transpiraient la joie et je me demandais ce que j'avais donc fait de mal pour hériter d'une âme aussi brisée.

Spoiler:
 

Cette époque, je la garde dans un coin de ma tête, sans vraiment y repenser. Elle est marquée par mes plus grandes erreurs. Et je sais que c'est elle qui a fait de moi, cette fée aussi aigrie. Mais ce dont je me rappelle, c'est que le jour de mes seize ans, je voulus croire à un avenir meilleur. J'allai intégré la Fabrique, et je savais que la Fabrique était un remède à tout les mots. D'ailleurs, j'y croyais très fort.

" Et c'est ici que récupère la poudre dorée des Narcissia Dehlia, avant de la mettre dans les bocaux destinés à l'usage, expliqua la mère en souriant grossièrement. "
Glissant sa main dans ses longues boucles blondes parsemées de fleurs, Mia scruta le petit atelier qui lui était offert. Voilà, le grand jour était arrivé, elle avait intégré la Fabrique, comme chaque fées de la famille, et il s'agissait là d'une des étapes les plus importantes avant la majorité.
La Fabrique, un grand arbre aménagé de petites terrasses de feuilles appelés ateliers, restait depuis des siècles le foyer de la vie féerique des Fial, leur moyen de résister face à la pression de ce monde. C'était en ce lieu que les fées réduisaient en poudre les étamines et le pistil des Narcissia Dehlia, une variété très rare de fleurs, qui, mélangée à quelques gouttes de rosée, avait des vertus thérapeutiques et permettait guérir de certains maux, ou de certaines blessures.
Quel honneur de voler à travers les branches de cet arbre centenaire. Et quelle joie de savoir que bientôt, grâce à son travail, certaines vies seraient sauvées. Mais surtout, Mia voyait en ce lieu un moyen de se racheter pour toute ses erreurs.
" Merci maman, je suis vraiment ravie !
- Tu m'en vois comblée de joie, répondit la mère en donnant un panier plein de Narcissia Dehlia. C'est un savoir ancestral que je te transmets là. Mais attention, il ne doit jamais sortir du cercle familial. Un mauvais usage des Narcissia Dehlia ...
- Peut avoir des conséquences irrévocables pour notre peule. Oui, je sais. "
Mia se tut un instant. Elle venait de franchir un cap important, et elle savait qu'elle devait se montrer digne. Si ce monde ne l'enchantait guère, elle ressentait, malgré tout, un profond respect pour ce peuple qui lui avait tant appris. Et même si, elle l'aurait quitté sans mal, jamais elle n'aurait pu vivre en paix si elle l'avait su perdu.
" Je saurais garder ce secret maman, j'en fais le serment. "
Certes, il s'agissait là d'un secret bien lourd pour de si frêles épaules, pourtant, Mia avait la certitude qu'elle mourrait en l'emportant avec elle. Car somme toute, concernant les cachotteries, elle avait une certaine expérience.

Illusion. Stupide illusion. Il n'y a d'autres mots pour expliquer ce que j'ai vécu. Ou peut être si, bonheur inaccessible, ou bien destin obscur. Je me rappelle que j'avais voulu y croire. Encore une erreur. Mon coeur est en flamme, mon être se consume peu à peu, tant les regrets le dévorent.

J'avais cru pouvoir m'en sortir. J'étais décidé à prendre une décision. Les fées, ou les Hommes. Et mon travail à la Fabrique avait rallumé cette étincelle commune à toutes les fées. A nouveau, je me sentais comme elles. Mais le Destin en avait décidé autrement. Pourquoi ? Pourquoi notre existence bascule sans que l'on en est le contrôle ? Sommes-nous que des pions ? La rage. Encore, et encore. Je n'ai pas le droit au bonheur. Car j'ai menti. Car j'ai trahi. Et car aujourd'hui encore, je manipule. Comment une âme si pure, peut-elle souillée à un tel degré ? Cela faisait deux ans que je ne m'étais pas aventurée dans le village des Hommes, et je croyais ce temps révolue. Pourtant, si j'avais décidé de changer, une force extérieur n'entendait pas de la même oreille. Et ces créatures perfides appelés Hommes, allaient me faire sombrer à jamais.

" Ne t'en fais pas Freya, je reviendrais avec les plus belles pétales de roses ! s'exclama Mia en riant. "
D'un coup d'ailes, elle quitta la branche, et s'enfonça dans la forêt. Ses cheveux virevoltaient au vent, alors que ses lèvres se plissaient déjà un sourire joyeux, tandis qu'elle profitait de la brise qui venait caresser chaque partie de son corps. Elle s'élevait parmi les cieux, à travers les feuillages roussies par la chaleur de l'été, respirant le parfum des fleurs, et les senteurs des bois.
Mia avait alors dix-huit ans, et ressemblait désormais à une femme. Ces cheveux continuaient de se dessiner en longues boucles, tandis qu'ils gardaient cette même blondeur angélique. Son visage s'était affiné, ses yeux paraissaient être deux joyaux, et ses lèvres donnaient envie d'être goûtées. Elle était devenue une jeune femme ravissante, élancée, et gracieuse, qui faisait tourner bien des têtes. Pour sûr, cette année, elle resplendirait au bal du Jour Florentis, ne lui restait plus qu'à se confectionner une robe.
Travaillant à la Fabrique, elle n'avait eu le temps de se mettre à l'ouvrage, et sa mère, se démenait déjà assez pour décorer la maison, préparer quelques victuailles, et surveiller la dernière des Fial, et Mia n'avait osé la solliciter.
Comme chaque année, tout le peuple était en ébullition, fous de joie de fêter le jour Florentis, et le village battait d'un même coeur. Et cette fois ci, la jeune blondinette était de la partie.
Se posant près d'un tronc, elle se pencha vers une fleur de lys dont la corolle brillait de milles couleurs. Une aubaine, elle venait de trouver sa robe pour le bal. Elle n'avait plus qu'à rentrer retrouver son foyer, et se préparer aux festivités.
Cueillant précautionneusement la fleur, elle s'apprêta à s'envoler, lorsqu'elle entendit un bruit qui provenait de derrière un bosquet. Elle tendit l'oreille, et à nouveau, un son lui parvint. Plus qu'un bruit, c'était un gémissement, une longue plainte. Il y avait-il une fée blessée ?
" Il y a quelqu'un ? se surprit-elle à demander doucement. "
Pas de réponse. Alors, elle s'avança, et se cacha derrière un arbuste, d'où elle pouvait voir sans être vu.
Quelle fut sa surprise.
Elle plaqua sa main contre sa bouche, en voyant un homme gisant sur le sol. Visiblement, il était blessé, du sang coulait de son échine et il avait une main posée sur son ventre. Cela faisait maintenant deux ans que Mia n'avait pas croisé d'Homme, et elle sentit une chose en elle se briser. A vrai dire, elle ne savait que faire. L'état de l'homme semblait bien grave, et il allait très certainement mourir si personne ne faisait rien.
Depuis son entrée à la Fabrique, Mia avait juré qu'elle ne se mêlerait plus aux Hommes, cependant, l'étincelle en elle ne s'était jamais éteint. Et dans coin de son âme, se trouvait encore ce désir de goûter à une existence tout autre. La jeune fée tentait de réfléchir alors que toutes ses pensées entraient en collision. Elle ne devait pas approcher les Hommes, pourtant, elle ne pouvait pas les laissait mourir.
Doucement, elle quitta sa cachette, et s'approcha de l'homme étendu, battant des ailes lentement. Celui ci, inspirant difficilement, leva la tête, alerté par les bruits des ailes qui fouettaient violemment l'air.
C'était un beau jeune homme, et il dégageait quelque chose d'intriguant. Ses cheveux bruns contrastaient avec la pâleur de sa peau, et ses yeux, bien que traversés par la douleur, semblaient être présents seulement pour envoûter quiconque les croiseraient.
Mia souriait timidement, c'était pour elle la première fois qu'elle allait s'adresser à un homme, et elle était réellement intimidée. Le rouge devait sans doute lui monter aux joues.
Quant au telmarin - car cet homme était en réalité un soldat telmarin - il ne put cacher sa surprise à la vue de cette charmante créature ailée. Oui, il avait entendu parler des fées, pourtant, il n'avait jamais eu l'opportunité d'en croiser une. A vrai dire, il les croyait disparues, et de toute manière, ce n'était guère sa préoccupation.
Face à la surprise du jeune homme, Mia battit en retraite, et s'apprêta à se dissimuler à nouveau derrière les bosquets. Les deux années qui s'était écoulées l'avaient rendu docile et craintive.
" Non, non ne pars pas ! parvint à articuler le jeune homme malgré la souffrance qu'il éprouvait. "
La jeune fée se figea, avant de se retourner calmement. Ils étaient dans une clairière isolée, que Mia connaissait bien, et dont elle savait qu'aucune issue ne permettait une fuite en cas d'agression.
" Je m'appelle Eros .. Je ... Je suis soldat, n'aie pas peur, je ne te veux aucun mal.
- Je ... Je m'appelle Mia, balbutia-t-elle tout en s'approchant à nouveau. "
Eros était haletant, et Mia vint se poser à ces cotés. Elle n'aimait pas voir les visages se déformer sous la douleur, et la vue d'un corps couvert de sang l'insupportait.
" Que ... Que c'est-il passé ?
- Ah ! souffla le telmarin en tentant de se redresser, en vain. Une longue histoire, mais je crois qu'elle s'arrête ici pour ma part. "
Il parlait difficilement, et perdait de plus en plus de sang, qui venait brunir l'herbe verdoyante de la forêt. Toute la nature semblait être en deuil - ou avait-elle peur - la brise ayant cessée, et les oiseaux s'étant tus. La scène avait de quoi impressionner. Cet homme paraissait tellement inoffensif, et Mia ne savait comment agir. Pourtant, il fallait qu'elle le fasse, et vite. Sinon Eros mourrait devant ses propres yeux. Si seulement la jeune avait su que le caractère des telmarins n'était pas forgé dans le même roche que celui des fées, mais bien dans une roche aussi noire que le charbon ...
" Je peux t'aider si tu veux.
- Je crois que ce n'est guère possible, ma jolie,
ricana le jeune homme toujours mourant.
- Nous les fées, nous avons un moyen assez particulier. "
Mia sentit la poudre de Narcissia Dehlia dans sa poche. Elle avait pris l'habitude d'en porter sur elle à chacune de ses sorties, ne sait-on jamais.
Au dessus d'eux, le soleil brillait d'un éclat ardent. Le jour Florentis, un jour béni pour les fées, un jour maudit pour Mia.
" Comment ça ? questionna Eros. "
Son visage se déforma sous un élancement, et une larme apparut au coin de son oeil, tant ce mal devenait insupportable. Il regardait la jeune fée d'un air suppliant, et lorsque la fée croisa ce regard de braise, tout bascula. Il était bien vrai que ces deux prunelles avaient quelque chose d'envoûtant, et Mia fut de nouveau ensorcelée par les charmes des Hommes.
" Tu sais garder un secret ? "


Je ne veux pas. Je ne veux plus. J'ai mal, tellement mal. J'aimerais tant oublier ce jour où mon âme a culbuté vers un horizon très noir. Je vous donnerez ma vie pour que vos fassiez cessez toutes ces douleurs. Par pitié. J'implore une fin. Un fin à cette existence démoniaque. Un fin à ces maux déchirants. Et pourtant, j'avais le choix. J'avais le choix il y a bien longtemps. Mais je me suis aventurée sur le chemin de la faute. Telle est ma pénitence.

Les Hommes disent que l'amour rend aveugle, mais il n'y a pas que lui qui vous brûle les yeux. Il y a aussi l'admiration. Je n'étais pas amoureuse. Du moins, par entièrement. Mais j'admirais Eros comme s'il eut été un Dieu. Il était soldat, et c'était un homme, un bel homme, ce qui ne gâtait rien. Mes anciens démons refaisaient surface, et j'étais toujours attirée, malgré moi, vers ce monde qui me semblait si merveilleux. Belle erreur. Abominable erreur.

Je me rappelle avoir éprouvé la violente envie de le revoir. De lui poser des tas, et des tas de questions. J'avais l'impression qu'une force puissante grandissait en moi et me poussait à me jeter dans la gueule du loup. Je luttais, je me battais de tout mon être pour résister à cette envie, pourtant ce combat était vain, je ne pouvais combattre l'inévitable, et cette nuit là, j'accomplis la plus grande erreur de ma vie. L'erreur impardonnable. L'erreur fatale. L'Incident. Si seulement j'avais su que ce soir là, ma mère se trouvait derrière moi lorsque je pénétrai dans la forêt ...

Spoiler:
 

" Eros ! Eros ! s'écria Mia de toute ses forces. "
Elle était en alerte, et ne disposai que de très peu de temps.
Une semaine s'était écoulée depuis leur rencontre dans les bois, et la jeune fée n'avait cessé d'être hantée par ces images. Le jour Florentis n'avait été qu'une épaisse fumée pour Mia tant elle pensait à Eros. Voilà, elle était redevenue celle qu'elle s'efforçait de ne pas être.
" Mia ! Par ici Mia. "
La voix masculine résonna à travers les arbres. Une voix sensuelle, ensorcelante. Au détour d'un bosquet, Eros apparut, vêtu de son armure, et apparemment guéri. La jeune fée ne put masquer sa joie.
" Eros, je suis ravie de vous voir rétabli !
- Tes fleurs ont été mon salut, milles fois merci ma jolie, répondit la telmarin en agitant la tête.
- Alors, tu m'en vois comblée ! Maintenant que tout va pour le mieux ...
- Hélas ...
- Hélas ? questionna la jeune fée. "
Le visage d'Eros s'assombrit lentement, alors qu'il baissait la tête, tandis que Mia vola jusqu'à se placer au dessous de son visage. Elle semblait intriguée et inquiète par cet unique mot prononcé par son chevalier servant.
" Que se passe-t-il ?
- Je .. Je ne veux pas t’importuner avec cela.
- J'insiste, répliqua-t-elle d'un tin strict. "
Elle était déterminée, et scrutai le visage du jeune homme. Curieuse et obnubilée par son compagnon, elle ne vit pas les lueurs des lucioles éclairer le recoin dans lequel se dissimulait sa mère, qui les observait d'un mauvais oeil. Elle frissonnait à l'idée de voir sa fille au contact d'un homme, et elle n'osait imaginé ce qu'il allait advenir. En somme, elle appréhendait le destin qui l'attendait.
" Mon frère est très malade, et aucune de notre médecine ne semble être apte à le sauver, finit par déclarer Eros.
- Mais quel malheur ... Je .. Je n'ai que très peu de poudre. Pas de quoi soigner plus qu'une simple coupure.
- Ne te soucis pas de ça, je trouverai un autre moyen. Je ne peux imaginer ma vie sans mon frère.
- Je .. Je peux aller chercher des fleurs, si tu le désire. "
Les yeux d'Eros s'illuminèrent, et la jeune fée y perçut un lueur effrayante. Pourtant, elle chassa cette impression d'un revers, et s'envola vers les cieux, avant de se tourner vers Eros, qui souriait d'une étrange manière.
" Suis moi ! ordanna-t-elle.
- Non Mia, ne fais pas ça ! C'est un piège ! "
Abasourdie, la blondinette fit volte face, et vit émerger sa mère d'un bosquet garni. Son visage était décomposé, et Mia parvint à y lire tristesse et déception. Sa mère semblait bien plus que dépitée.
" Maman je ...
- Rentre à la maison Mia ! fit-elle d'un ton sec. Quant à vous ....
- Maman, je ...
- Mia, écoute moi pour une fois et rentrer à la maison ! "
La jeune fée était perdue. A vrai dire, elle ressentait l'étrange sensation d'évoluer dans l'un de ses cauchemars, sur lesquels elle n'avait aucun contrôle. La situation lui échappait, elle glissait si vite entre ses doigts qu'elle n'eut guère le temps de comprendre ce qui se passait.
" Mia, l'interpella Eros, n'écoute pas ta mère. Elle te ment. Ils t'ont tous menti. "
Mia prit sa tête entre ses mains. Tout s’emmêlait dans son esprit. Elle parvenait plus à discerner le bien du mal, le vrai du faux. Elle se sentit chuter dans la folie, des tâches noires palpitaient devant ses yeux. Elle ne voyait presque plus, tant elle était déchirée, torturée, et, ce qu'elle put distinguer ne dura qu'un bref instant. Elle aperçut sa mère voler à toute vitesse vers le telmarin qui sortit son épée de son fourreau, et qui, d'un coup sec trancha les ailes de la mère Fial.
" NOOOOOOOON !
- AAAAAAAAH ! "
Les voix des deux fées s'élevèrent dans le ciel en se mélangeant, tandis que Mia vit le corps de sa mère, dénué d'ailes, s'effondrer sur le sol.
" Comment ! Comment ! Comment as-tu pu ? Pourriture ! Monstre ! Vous êtes tous des monstres. Tout les hommes sont des monstres ! hurla la jeune fée dévastée par la rage. "
Mais déjà le telmarin prenait la fuite d'un pas rapide.
" Lâche ! Couard ! Je te retrouverai ! "
Mia pleurait. Elle pleurait toute les larmes de son corps, alors qu'elle battait des ailes pour rejoindre le corps de sa mère. Elle se haïssait. Tout ça était de SA faute ! Pourquoi avait-elle désobéi encore ? Ravagée, elle caressa les cheveux de sa maman, et se pencha au dessus de celle ci. Ses larmes tombèrent de le visage vieilli de celle qui lui avait donné la vie.
" Je suis désolée, je suis tellement désolé, oh maman. Pardonne moi. S'il te plait, pardonne moi. Cela va aller hein, tu vas t'en sortir !
- Mia, articula difficilement la mère Fial, tu sais qu'une fée n'est plus rien sans ses ailes. Et cette chute, je crois qu'elle m'a été fatale.
- Mais je ... Je vais te sauver ! Je vais aller chercher des Narcissia Dehlia et tout ira bien.
- Non, non reste à mes cotés, tu sais que tout cela est inutile. "
La jeune fée ne pouvait cesser de pleurer. Elle avait mal, si mal. Elle ne voulait pas voir sa mère partir ainsi, par SA faute. Elle était paniquée, et dévastée par ce qui venait de se produire. Freya avait eu raison, voilà maintenant plusieurs années, tout cela lui avait bel et bien explosé à la figure, et elle allait perdre sa mère ainsi.
" Maman, je ... Il doit bien y avoir quelque chose à faire ? ... Je ... Pardon, pardon, tenta de bredouiller la blondinette.
- Je t'aime ma chérie. Et sache que quoi qu'il se passe, je serais toujours fière de toi.
- Maman ... MAMAN ! "
Mais la fée avait fermé les yeux à jamais. Emportée par sa chute, emportée par sa fille, emportée par la vie. Et Mia ne put faire qu'une chose face à cela. Pleurer, encore et encore.


Je suis désolée. Je suis désolée. Je suis désolée. Je suis tellement désolée. Et je suis si dévastée, et ravagée par cette rage envers Eros, mais surtout envers moi même. Jamais je n'oublierai le visage de ce traître. Et jamais je n'oublierai celui de ma mère, lorsqu'elle comprit que sa vie touchait à sa fin. J'ai mal, j'ai si mal. Si les Hommes sont des monstres, j'en suis un également. Et si j'aimais tant les Hommes - auparavant - c'est bien car j'étais aussi perfide qu'eux. Je suis le mal. Je suis si mauvaise. Et mon destin est marqué par les blessures de mon passé.

Je suis rentrée chez moi, portant à bout de force, le corps de ma chère mère. Et nous lui avons dit adieu. Et puis le temps a passé. Et je me suis aigrie. A vrai dire, je ne me rappelle plus de grand chose de cette époque là. Je me rappelle juste avoir souffert. Et avoir haïs les Hommes. Et moi même. Je sais juste que je restais assise des heures durant, sans ne plus rien faire, voyant juste les saisons défilaient sous mes pieds. Je sais également que les Fial, ont continué à célébrer les Jours Florentis, les Solstices, et les fêtes des fleurs. Mais moi non. Et puis, je me rappelle, que le jour de mes vingt-deux ans, je me suis décidée à quitter mon état de léthargie.

Je suis sortie de cette pièce cloisonnée, et j'ai volé à travers le village sous les regards surpris des autres fées. Je crois bien que c'était ma mère qui m'avait parlé, qu'elle m'avait demandé de vivre à nouveau, et de devenir la fée qu'elle espérait un jour me voir être. Alors, pour la première fois de ma vie, je lui avais obéis, et je me décidais à fouler le sentier qu'elle avait arpenté auparavant, réprimant les fantômes de mon passé, et tentant de me montrer digne. Et peu à peu, le Soleil recommençait à m'éclairer.

Spoiler:
 

La sérénité. C'était ce sentiment que je tentais de toucher du doigts, lorsque l'étoile frappa, rouvrant mes blessures, mes maux, et ravivant mes fantômes de mon passé. J'avais envie de hurler. Fort, très fort.

Je m'étais réveillée terrifiée, et en colère, seule et isolée, perdue au milieu des bois, en proie à une crainte particulière. Et je me rendis compte que mes ailes avaient disparues, et que j'étais ... Humaine. Ma punition. Mais quelle punition. Je vomis de dégoût, et je m'effondrai au sol. Ces souvenirs sont douloureux. Ils m'arrachent mon âme.

Et puis, j'ai vu cette falaise, je me rappelle avoir voulu essayer de voler à nouveau. Au pire que risquai-je ? J'étais tellement détruite, que je frôlai la mort sans réellement m'en rendre compte. Et ce roi, cette humain appelé Peter me sauva et me conduisit dans un camp. Si je semblais fragile, j'étais en réalité aussi rigide que le fer. Si ma pénitence se trouvait là, je ne pourrais le supporter. Et je voulais retrouver mes ailes. Coûte que coûte.

Spoiler:
 

Pourquoi cette fichue étoile est-elle venue nous extirper de nos existences qui étaient pourtant si agréables ? Pourquoi cette malédiction a-t-elle frappée ? J'aurais donné beaucoup - voir trop - pour empêcher une telle catastrophe. Je n'hésiterais pas un instant à payer le prix fort pour retrouver mon ancienne existence. Je déteste être humaine. Je ne supporte pas cette enveloppe charnelle. Je ne peux me résoudre à vivre ainsi parmi les êtres humains. Et puis, ils sont si mauvais. Ce n'est pas la vie dont je voulais. Je me sens comme aspirée dans un gouffre, et les maux de mon âme déchirent mon être. Je suis incapable de rester humaine. Je hais cette existence, cette pitoyable existence. J'aimerais tant retrouver mes ailes, et quitter ce monde d'Homme. Et je suis prête en payer le prix. Quelque il soit.



behind the screen

Prénom • Ah, ah !
Pseudo • Toujours pareil mon chéri
Avatar • Clémence Poésy
Avis sur le forum • Je n'en suis pas dingue, non pas du tout
Code du règlement • Code Ok par Eden

FICHE PAR ROMANE



Dernière édition par Mia I. Fial le Dim 10 Mar - 0:04, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Peter E. Pevensie
► Date d'inscription : 08/01/2013
► Messages : 2855
► Ma petite bouille : William Moseley
► Copyright : FourPevensies & Tumblr
► Age du personnage : 22 ans
► Race : Humain


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Sam 2 Mar - 23:25

Miiiiiiiiia
Rebienvenue Lulu Jas
Bonne chance pour cette nouvelle fiche Wink
Hate de voir ta fiche terminée et validée Very Happy

Peter, Eliud, Six

_________________
I'll always protect them


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Soshanna L-K. Prinse
► Date d'inscription : 16/01/2013
► Messages : 1228
► Ma petite bouille : Taylor Swift
► Copyright : enine(moi)
► Age du personnage : 19 ans
► Race : Fée avec une affinité pour les fleurs
► Double Compte : //


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Sam 2 Mar - 23:28

Re bienvenue la Miss,

Bonne chance pour ta fifiche,

Et d'ores et déja je te demanderais un lien car entre fées hein on s'entends bien xD ^^

_________________
Soshanna Lyra-Kayhina Prinse ♪
» Ҩ Avant ce n'était qu'une simple fée qui adorait s'occuper des fleurs. A présent, elle est devenue humaine grâce a une étoile bleue spéciale. Mais cela ne l'empêche pas de continuer a s'occuper des fleurs et de la nature. Indigo •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Sam 2 Mar - 23:31

HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN ! Rebienvenue
Excellent choix & courage pour ta fiche ma Lulu I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 9:09

Clémence en fée, c'est juste excellent Reubienvenue jolie fée, au plaisir de croiser ton chemin Wink bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 9:17

Re bienvenue charmante créature.

Clémence Poésie
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 9:29

Re-bienvenue ma toute belle
Bon courage pour ta fiche et ce nouveau personnage
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 11:36


Re-bienvenue à toi

Amuses-toi bien avec ce nouveau perso haut en couleurs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lucy A. Pevensie
► Date d'inscription : 14/12/2012
► Messages : 1775
► Ma petite bouille : Georgie Henley
► Copyright : .rawr et tumblr
► Race : Humaine
► Double Compte : Jason & Mia


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 11:48

Merci à vous tous !
Elle déchire Clémence Poesy

J'ai hâte de tous vous retrouver en rp !

_________________


Je veux continuer de croire en Narnia

Ce n'est qu'un mirage, des souvenirs à la fois loin mais tellement proches.
(c) naouchii
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 12:07

Clémence Poesy.
Je t'aime. x'))
Bon courage pour ta fifiche, ma belle! ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Eden F. Niliys
► Date d'inscription : 16/12/2012
► Messages : 2423
► Ma petite bouille : Amber Heard
► Copyright : Bazzart
► Age du personnage : 22 ans
► Race : Esprit du feu
► Double Compte : Eros & Arizona


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 14:34

Re Bienvenue ma belle
Vous me tuez avec vos choix de fifou Clémence est tellement belle !

Bon courage pour cette nouvelle fiche

_________________
sweet dreams are made of this + If this is to end in fire, Then we should all burn together Watch the flames climb high into the night Calling out father, stand by and we will Watch the flames burn auburn on the mountain side
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mia I. Fial
► Date d'inscription : 02/03/2013
► Messages : 648
► Ma petite bouille : Clemence Poesy
► Copyright : rossylover & tumblr
► Age du personnage : 23 ans
► Race : Fée
► Double Compte : Lucy et Jasonou


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 16:21

Merci joli Avalon
Et merci ma belle Eden !

_________________
❝Cracks in the road❞
L’abîme de l’éternité nous hante. Ainsi, s’interroge-t-on : nos actes retentiront-ils à travers les siècles ? Des inconnus entendront-ils notre nom bien après notre mort et se demanderont-ils qui l’on était, si l’on bataillait avec bravoure, et si l’on aimait avec fougue ? TROIE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 17:34

Re bienvenue sur le forum

Poesy c'est rare de la voir sur un forum
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 3 Mar - 17:45

(Re)bienvenue beauté, et à très bientôt je l'espère pour te conforter dans ton déni des hommes. Ce petit texte donne à voir un folklore féérique vraiment appétissant, c'est créatif, rafraîchissant, ça me plaît, ouh que oui !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mia I. Fial
► Date d'inscription : 02/03/2013
► Messages : 648
► Ma petite bouille : Clemence Poesy
► Copyright : rossylover & tumblr
► Age du personnage : 23 ans
► Race : Fée
► Double Compte : Lucy et Jasonou


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Mar 5 Mar - 15:39

Merci Athéna c'est vrai que c'est rare de la trouver sur des forum ! Je la trouve très crédible en fée

Merci Brunehild ! Contente que cela te plaise, je vais la continuer un peu cette après midi, j'espère que la suite t'enchantera également !

_________________
❝Cracks in the road❞
L’abîme de l’éternité nous hante. Ainsi, s’interroge-t-on : nos actes retentiront-ils à travers les siècles ? Des inconnus entendront-ils notre nom bien après notre mort et se demanderont-ils qui l’on était, si l’on bataillait avec bravoure, et si l’on aimait avec fougue ? TROIE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Cenred K. Mirigorin
► Date d'inscription : 23/02/2013
► Messages : 1695
► Ma petite bouille : Dave Franco
► Copyright : CRIPSOW.& Tumblr
► Age du personnage : 24 ans
► Race : Archenlandais
► Double Compte : Jace & Peter


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 10 Mar - 0:23



FEAT. TIC ET TAC
BIENVENUE CHEZ TOI !

Bon y a quelques fautes, mais je ne t'en tiend pas rigueur étant donné la qualité de ta fiche c'est tout bonnement génial Very Happy j'adore les musiques que tu as mis et ta façon d'écrire bonne chance avec ce nouveau personnage ! Sur ce je te valide parce que ta fiche envoie du pâté, ça roxe le poney (comme ça qu'on dit je crois )

OUUUI T'ES VALIDE ! . Tu as bien été ajouté au groupe des fées&sirènes !
Bravo ! On est heureux de te voir parmi nous ! Tu vas maintenant pouvoir RP et faire tes fiches ! Commence d'abord par recenser ton avatar , si tu ne le fais pas, ton avatar risque d'être prit par quelqu'un d'autres ! Je te conseille aussi de te rendre dans la partie parrainage si tu souhaites trouver un parrain pour mieux t'intégrer ! N'oublie pas d'aller souvent faire un tour dans les nouveautés pour ne rien rater du forum Wink !
Tu peux aussi aller te faire un scénarios et créer ta fiche de liens et celle de tes Topics ! Pour toutes tes demandes diverses rends toi ici !
Pour t'intégrer fonces directement au FLOOD pour pouvoir t'amuser avec les autres membres !
Et voilà c'est terminé ! Bon jeu parmi nous, si tu as la moindre question le staff est toujours à ton écoute ♥️

_________________
drink up with me now
Forget all about the pressure of days, do what I say and I'll make you okay and drive them away the images stuck in your head.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Soshanna L-K. Prinse
► Date d'inscription : 16/01/2013
► Messages : 1228
► Ma petite bouille : Taylor Swift
► Copyright : enine(moi)
► Age du personnage : 19 ans
► Race : Fée avec une affinité pour les fleurs
► Double Compte : //


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 10 Mar - 0:24

Oula comment ton histoire elle est trop bien, elle est a la fois magique et triste pour la fin mais j'ai adoré. je n'arrivais plus a en détacher mes yeux tellement je voulais lire la suite

_________________
Soshanna Lyra-Kayhina Prinse ♪
» Ҩ Avant ce n'était qu'une simple fée qui adorait s'occuper des fleurs. A présent, elle est devenue humaine grâce a une étoile bleue spéciale. Mais cela ne l'empêche pas de continuer a s'occuper des fleurs et de la nature. Indigo •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lucy A. Pevensie
► Date d'inscription : 14/12/2012
► Messages : 1775
► Ma petite bouille : Georgie Henley
► Copyright : .rawr et tumblr
► Race : Humaine
► Double Compte : Jason & Mia


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial Dim 10 Mar - 12:50

Merci vous deux ! J'ai hâte de jouer avec Mia !

_________________


Je veux continuer de croire en Narnia

Ce n'est qu'un mirage, des souvenirs à la fois loin mais tellement proches.
(c) naouchii
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


postrow.displayed.POSTER_RPG}


MessageSujet: Re: Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial

Revenir en haut Aller en bas

Tes paroles sont plus brûlantes qu'un poison s'écoulant dans mes veines. ~ Mia I. Fial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New-Chronique-of-Narnia :: Bienvenues au Pays !-